Site Overlay

Auguste LIQUOIS

1902 -1969

Doté d’un tempérament bohême et excessif, d’une sensibilité exacerbée et d’un contact facile , il a commencé à dessiner et à peindre dès son plus jeune âge.

Influencé sans aucun doute par une ambiance familiale artistique, son père Auguste Pierre Liquois possédait un joli coup de crayon ;   Il a réalisé des centaines de  dessins, croquis et peinture en tant qu’amateur.

Auguste dit Tintin a eu une vie bien remplie .Au cours de sa vie artistique, il touchera avec un certain succès à tout ce qui a un rapport avec la peinture et le dessin.

LA VIE PARISIENNE

Très jeune il quitte non pays natal, l’Anjou, pour « monter à Paris » ou il commence sa carrière dans le croquis de mode.

Puis, Il se lance dans l’illustration et le dessin humoristique. Il réalise aussi des décors, et notamment le cabaret de la nouvelle Eve à Montmartre.

En 1937, il réalise sa première Bande dessinée (BD) pour l’hebdomadaire BOUM puis il entre aux éditions de Montsouris et travaille au journal l’Epatant.

Mobilisé pendant la seconde guerre mondiale il fait la guerre de 1939 à 1940.

Pendant l’occupation, pour survivre (nécessité économique oblige), il travaille pour les journaux le TEMERAIRE et le MERINOS (soutenus par Vichy).

A la libération, il publie dans Vaillant, l’Humanité et Libération.

LA BANDE DESSINEE

Arrive alors un période de grande production de BD. Il réalise de nombreux complets dessins dont SATANAX (super héros) et SALVATOR pour de nombreux journaux. 

Et Il travaille avec MARIJAC pour Coq Hardi, ou il dessine la fameuse BD « Guerre à la terre ».

A partir de 1949, pour l’agence  Paris Graphic, il réalise une douzaine d’adaptations de romans en BD quotidiennes, diffusées dans l’Huma, Libération des d’autres journaux provinciaux. , dont :

Les trois amours de jean Cavalier (104 bandes)

L’armurier de Milan (10+6 bandes)

Don Quichotte (192 bandes)

D’Artagnan ( 95 bandes).

D’autres illustrations, dont : Vie d’Elisabeth II et la vie de 15 Présidents de la république.

Tous ces travaux de dessinateur de presse et de décoration, si il les créait avec amour ne représentaient que le coté économique de son art.

Aboutissement de sa vie d’artiste.

Dans les années 60, il achète une propriété à Vitray e Beauce. Où Il prend une semi retraite et se consacre à plein temps à LA PEINTURE FIGURATIVE.

Il expose avec succès dans des galeries parisiennes et en province.

Certaines de ses planches de Bande dessinées se trouvent au Musée de la Bande dessinée D’ANGOULEME.